Afin de me faire plein de nouveaux amis, j'ai décidé de consacrer ce blog à la critique d'albums jeunesse.
Pour le reste, on se reportera toujours utilement à Du sarin dans le plastibulle.

jeudi 14 juin 2012

George ?

Chris Haughton Oh non, George ! - T. Magnier, 2012.

George est un chien. Il a promis d'être sage, il espère être sage. Mais c'est plus fort que lui : qu'il tombe sur un gros gâteau, un chat ou un beau parterre de fleurs, ses bonnes résolutions s'écroulent. 
Un livre pour enfants qui se place d'entrée de jeu dans l'ombre d'Épictète ne saurait laisser indifférents les Stoïciens que nous sommes. Aussi encaissons-nous avec un flegme admirablement feint la perfection quand elle nous arrive en pleine poire. Elle était donc de ce monde ! Et s'incarne à merveille dans le regard désolé d'un brave toutou dessiné à la souris, avec une simplicité de moyens devenue rare de ce côté-ci de Tarô Gomi. Tout ici est évident. Non pas de cette évidence dont on graisse les gonds des portes ouvertes mais de la certitude lumineuse que rien dans cet album ne saurait être ni mieux ni plus précis : ni le dessin, ni les couleurs - admirables - ni la conception, pensée jusqu'au moindre détail tout en excédant toujours le simple tour de force graphique par l'amour et l'attention portés au personnage. On n'en avait pas vu beaucoup de plus attachants depuis Le Canard fermier de Martin Waddell et Helen Oxenbury, ni d'albums aussi simplement drôles, au point que la fin - suspendue - devrait suffire à elle seule à le faire passer au rang de classique.
Alors que reste-t-il à dire, à faire, devant un diamant d'une telle eau ? Rien. Éteindre l'électricité (c'est fait), fermer le gaz (c'est fait), résilier son abonnement à La Croix (c'est fait) et s'engager dans la Légion étrangère. J'y vais.


4 commentaires: